Published on jeudi 14 janvier 2016 by israelandyoo

Je m’appelle Meir Zadok, je suis le directeur de l’Académie des Sciences à Jerusalem. Cinq de nos membres sont des prix Nobel. Nous avons les meilleurs scientifiques de renommée nationale et internationale. Je suis né à Baghdad. Les juifs ont été expulsés d’Iraq bien qu’ils aient vécu dans ce pays bien avant tous les empires qui s’y sont succédés. En 1951 nous sommes arrivés ici. Nous avons vécu dans des camps de réfugiés sous des tentes pendant environ 10 ans. J’ai étudié à Haïfa et à Jerusalem et j’ai servi dans l’armée. J’ai eu mes diplômes en Angleterre dans le secteur du financement et l’économie des universités et de l’enseignement supérieur. En ce qui concerne nos relations scientifiques avec les autres pays, même quand il y a eu la révolution et la contre révolution en Égypte, l’académie a maintenu son centre intitulé Académie des Sciences d’Israël au Caire.
Depuis le retour au calme en Égypte, nous avons repris nos relations scientifiques avec nos voisins avec les hauts et les bas de la situation politique mais en fait nous avons des écrivains, des poètes des metteurs en scène qui viennent dans notre centre et
nous essayons de garder des activités en Égypte. Nous avons également de bonnes relations avec des scientifiques de l’autorité palestinienne et nous avons gardé les mêmes relations avec la Jordanie. Israël est derrière le projet phare Sésame à Amman qui vise à établir les infrastructures de radiations sintroton avec des scientifiques du monde arabes tels que des iraniens, des marocains, des égyptiens, des jordaniens et ça marche. Nous l’appelons Sésame espérant qu’il ouvrira la voie de la paix et l’interaction entre nos peuples. Quant à nos relations avec la Chine, des scientifiques étaient les premiers ici et nous avions à ce moment là un centre de l’Académie en Chine. Nous avons des relations avec les pays importants en Occident comme les US, la France, l’Allemagne, l’Angleterre et ici nous avons plusieurs activités qui comprennent un échange de scientifiques, des séminaires, des ateliers. Nous sommes l’un des pays le plus important en termes de financement reçu de l’Europe quand il s’agit de compétition basée sur l’excellence. Israel a le pourcentage de PIB 4.7% le plus élevé investi en R&D. Ceci attire, bien sûr, toutes start up, compagnies majeures de high tech et bio tech et c’est parce que nous investissons énormément dans la recherche que nous les attirons. Considérant l’instabilité financière et politique dans le monde je pense que ceci est un miracle. Un miracle de voir notre population, des réfugiés d’Europe après la deuxième guerre mondiale, des réfugiés de pays arabes qui arrivèrent ici dans un pays aride, nu, sans eau, sans ressources minérales.
Rien.
Pour moi qui ai vécu ici depuis l’âge de cinq ans à ce jour je le dis : nous sommes passés de l’âge de pierre à l’industrie high tech
en une génération. J’essaie aussi de tendre la main aux minorités qui vivent ici avec nous, avec des personnes de culture religieuse différente, dans des zones difficiles, mais je pense qu’on s’en sort assez bien. Pour moi être israélien, c’est fascinant. Vous grandissez avec des gens d’Ethiopie, des gens qui viennent des pays majeurs dans le monde, comme les États Unis, l’Angleterre, la France. Nous avons une population issue d’une centaine de pays, de différentes cultures, différentes nourritures et tout ce monde cultive le vivre ensemble harmonieusement grâce à l’éducation, la santé.
C’est agréable.
Ce n’est pas facile mais sûrement différent des pays où de génération en génération des populations vivent de la même
manière, mangent la même nourriture…
Être israélien c’est être ensemble, vivre ensemble

 

Voir Jerusalem sous le prisme du conflit israélo-palestinien est extrêmement réducteur et ignore les besoins quotidiens et les aspirations de ceux qui y habitent et nous empêche de réaliser tout son potentiel pour en faire un centre mondial réussi grâce également à son extraordinaire héritage historique et spirituel.

La Jerusalem moderne n’a que 160 ans et est le foyer de quelque 800.000 habitants dont 500.000 sont juifs, le reste ce sont des palestiniens dont au moins la moitié de la population vit sous le seuil de pauvreté. Ce sont ceux qui souffrent le plus de l’impossibilité de la ville de capitaliser sur ses actifs stratégiques pour devenir un Centre Mondial.

La Jerusalem historique offre 3.000 ans de culture : Jebusites, Grecs, Romains, Juifs, Chrétiens, Croisés, Musulmans ont laissé empreintes et témoignages.

Se promener dans les rues de Jerusalem c’est s’immerger dans d’innombrables cultures. Il y a des synagogues, des églises, des mosquées, qui offrent un large choix de visites,  à côté de lieux d’Etudes et de Lumières.

La diversité ne doit pas être un handicap,bien au contraire, mais plutôt la source d’inventivité et de prospérité grâce aux infrastructures modernes.

Jerusalem a beaucoup à offrir au monde. On peut la classer comme le Lieu que les peuples peuvent visiter, y construire, se développer et par dessus tout être inspirés.

Category

Add your comment

Your email address will not be published.